Archives de catégorie : new



Le test COVID antigénique fait en pharmacie

Depuis le 16 octobre 2020, le Ministre des Solidarités et de la Santé a autorisé les pharmacies de ville de réaliser des tests antigéniques dans le cadre du dépistage du Covid-19. Nous sommes encore en attente des modalités de prise en charge par la sécurité sociale (nous ne pouvons pas réaliser de test sans celle-ci). La Pharmacie Panisset sera une pharmacie à Lyon qui réalise les tests COVID-19 et participer à cette action de Santé Publique.

COVID – Test antigénique, test PCR, test sérologique, quelles différences ?

Le test COVID sérologique est un prélèvement de sang au bout du doigt pour détecter les Anticorps qui sont sécrétés 7 à 14 jours après un contact avec le Covid-19. Il ne faut pas donc faire ce test trop tôt mais minimum 7 jours après un contact. Ce test est réalisé en pharmacie uniquement, sans rendez-vous, non pris en charge par la Sécurité Sociale et vous avez les résultats en 10 minutes.

Le test COVID PCR est un long écouvillon que l’on introduit dans le nez jusqu’au pharynx. On recherchera dans l’échantillon recueilli le génome même du virus SARS-CoV-2, ce qui permet un test très précoce, avant même l’apparition des symptômes. C’est le test de référence, opéré en Laboratoire d’analyse mais à cause d’une très grande affluence, les délais peuvent être très longs (quelques jours jusqu’à 2 semaines).

Le test COVID antigénique est un écouvillon que l’on introduit dans le nez (moins profondément que pour le test PCR) afin de détecter les antigènes du virus, c’est-à-dire les protéines produites par ce virus. Il peut se faire en pharmacie sans rendez-vous, et le résultat peut être lu au bout de 15 minutes.

Suis-je éligible au test COVID antigénique ?

Sans symptôme, tout le monde peut se faire dépister du COVID en pharmacie.

Attention, en cas de symptôme, pour pouvoir réaliser le test en pharmacie, il faut que :
– ces symptômes durent depuis moins de 4 jours,
– que vous ayez moins de 65 ans, sans facteur de risque déclenchant des formes graves de la covid-19,
– et que vous soyez dans l’impossibilité d’avoir un résultat PCR dans un délai de 48h.

Si vous ne rentrez pas dans ces critères il faut que vous vous rendiez en laboratoire.

Test COVID positif, que faire ?

 Si vous n’avez pas de symptôme et que votre test est négatif, inutile de le faire confirmer par un test PCR. Continuez à bien penser aux gestes barrières dans le quotidien : port du masque, lavage des mains, distanciation sociale…

 Si votre test antigénique est positif, inutile ici aussi de faire confirmer le résultat par un test PCR. Il est temps de suivre les règles d’isolement en vigueur : isolez-vous durant 7 jours chez vous, sans aucun contact extérieur. Si des symptômes que vous n’aviez pas apparaissent, consultez un médecin, de préférence par téléconsultation. En cas de fièvre, attendez 48h après la disparition de la fièvre pour vous déconfiner.

Arrivée du test COVID-19 en pharmacie à Lyon et Vénissieux

Le test antigénique est donc bien plus rapide que le test PCR et tout aussi fiable. La Pharmacie Panisset, située entre Lyon et Vénissieux peut réaliser le test de dépistage du COVID-19 sans rendez-vous, sur une simple demande. N’hésitez pas !

Lire la suite


Vaccination antigrippale 2020 par votre pharmacien

La vaccination anti-grippale est une des nouvelles missions des pharmaciens d’officine, mission intégrée par la loi de financement de la Sécurité Sociale. Les pharmaciens en France ont un rôle d’information, de sensibilisation et à partir de mi-octobre 2019 de pratiquer la vaccination au sein même de l’officine.  Dans cet article, nous vous expliquons un peu plus en détails le déroulement de ces vaccinations et apportons quelques réponses aux questions les plus fréquentes.

Pourquoi me faire vacciner contre la grippe?

Chaque année, 2 à 8 millions de personnes sont touchées par la grippe. Les complications graves qu’elle peut entrainer dans certains cas sont à l’origine de 10 000 à 15 000 décès principalement chez les sujets fragiles. La vaccination est le seul moyen de prévention vraiment efficace. Elle permet de se protéger soi-même et est recommandée pour les personnes les plus fragiles : femmes enceintes, personnes âgées de plus de 65 ans ou encore patients asthmatiques, entre autres. Mais la vaccination est également un acte solidaire qui permet de protéger les autres, c’est pour cela qu’elle est recommandée pour les personnels soignants ou encore les personnels naviguants. En effet, il est possible d’être porteur du virus sans être malade.

 

Puis-je me faire vacciner dans toutes les pharmacies ?

NON, seuls les pharmaciens étant autorisés par l’ARS et ayant suivi une formation DPC validante conforme aux objectifs définis par l’arrêté du 23 avril 2019 sont autorisés à vacciner. De plus, pas question d’être vacciné sur le coin du comptoir ! Pour vacciner, les pharmacies doivent disposer de locaux adaptés à la vaccination et à l’entretien préalable où la confidentialité est requise. Cet espace doit disposer d’un réfrigérateur pour le stockage des vaccins, de quoi éliminer via les DASRI, le matériel nécessaire pour l’injection et d’une trousse de première urgence.

 

Je me suis déjà vacciné il y a deux ans, est-il utile de me vacciner cette année ?

 

OUI, la vaccination antigrippale se renouvelle chaque année car le virus mute très souvent, le vaccin est donc formulé en conséquence. D’autre part, les anticorps protégeant de la grippe ne persistent que dans un temps limité. Chez une personne âgée de plus de 65 ans par exemple, l’immunité ne dure pas plus de 6 à 9 mois.

 

Le vaccin m’a déjà donné la grippe !

 

NON, le vaccin peut entraîner une fatigue passagère et une légère fièvre peu après son inoculation, mais il ne peut pas transmettre la grippe puisque le virus qu’il contient est un virus mort. D’autre part il est possible d’attraper la grippe en étant vacciné en cas de mutation du virus, le vaccin n’étant alors pas efficace sur les bonnes souches. Il y a moins de risque de développer le syndrome de Guillain-Barré après la vaccination antigrippale qu’après une grippe.

 

Tous le monde peut se faire vacciner par le pharmacien ?

 

NON, pour se faire vacciner à la pharmacie à lyon 8  par un pharmacien il faut être une personne majeure non allergique à l’ovalbumine.

Le vaccin et la vaccination ne sont pris en charge sans avance des frais que sur présentation du bon de prise en charge envoyé par l’assurance maladie, ce qui concerne :

  • Sujet âgés de plus de 65 ans
  • Personnes majeures soufrant de certaines pathologies chronique
  • Femmes enceintes
  • Personnes obèses (IMC >ou= 40kg/m²)
  • Entourage des nourrissons  < 6mois et/ou des sujets immunodéprimés
  • Professionnels de santé libéraux

Les personnes choisissant de se faire vacciner à la pharmacie signeront un formulaire de consentement et le pharmacien vérifiera qu’il n’existe pas de contre-indication à la vaccination antigrippale, comme par exemple, l’allergie aux œufs !

L’épidémie a déjà commencé, il est trop tard pour me faire vacciner

Non, le vaccin ne met que 15 jours à être efficace. Il n’est jamais trop tard et il faut se rappeler que se faire vacciner augmente la protection pour soi et pour son entourage et réduit le risque de complications.

 

Vaccination en pharmacie à lyon 8, en savoir plus !

Actuellement, les 2 pharmaciennes de notre équipe ont déjà suivie leur formation afin de pouvoir vous vacciner à Vénissieux dès cet automne. N’hésitez pas à venir nous rencontrer pour nous poser vos questions concernant la vaccination antigrippale et prendre rendez-vous. Une fois le RDV pris, pensez à bien prendre avec vous votre carte vitale et votre carnet de santé.

Lire la suite


Exposition au soleil – Les dangers

Les rayonnements solaires UV-A et UV-B

Les rayonnements solaires correspondent à des ondes d’énergie dont les ultraviolets (UV), les UV-A et UV-B sont invisibles et peuvent être responsables des effets néfastes du soleil. Le soleil est indispensable à la vie pour le métabolisme de la vitamine D notamment mais l’exposition au soleil peut être dangereuse. Selon la durée, l’intensité et la sensibilité des personnes, les conséquences peuvent être plus ou moins graves. L’indice ouindex UVsert à mesurer l’intensité et le risque d’une exposition au soleil à un moment donné. Celui-ci dépend de nombreux facteurs parmi lesquels l’heure, les conditions météorologiques, la saison, la pollution, la concentration d’ozone, la latitude, la longitude et la réverbération. Les UV-A pénètrent plus profondément, causant un vieillissement accéléré, alors que les UV-B sont moins pénétrants et provoquent les brûlures ou coups de soleil.

Les conséquences de l’exposition au soleil

Les risques cutanés

Les coups de soleil ou érythèmes actiniques

Les coups de soleil sont une brûlure de la peau dues aux rayons UV-B, généralement superficiels, ils sont équivalents aux brûlures du 1er degré. C’est le stade après le bronzage.  Cela peut se manifester par des rougeurs. Les cloques ou phlyctènes adviennent dans les brûlures du 2ème degré. Des douleurs et démangeaisons ou prurit peuvent être ressentis et unedesquamation de l’épiderme car la peau se renouvelle.)

Les réactions allergiques au soleil

La photosensibilisation ou « allergie au soleil » est une réaction du système immunitaire déclenchée par la lumière du soleil.  Certains produits dont des médicaments ou parfums sont photosensibles, ils augmentent la réaction de l’exposition solaire de façon exagérée.

On peut différencier les réactions de la peau de 2 manières :

  • Les réactions photochimiques aussi appelées phototoxiques, elles sont causées par un produit et l’exposition au soleil.
  • Les réactions photo-immunologiques nomméesphotoallergies, il s’agit de la réaction allergique de la peau au soleil.

En cas de réaction allergique au soleil on peut observer, des démangeaisons, rougeurs et inflammation qui sont visibles sur la peau au niveau des zones exposées au soleil et surtout là où le produit (quand il y en a un) a été appliqué. Dans certain cas on peut avoir l’apparition de lucites. Il s’agit d’éruptions cutanées qui apparaissent en réaction à la lumière solaire, particulièrement aux UV-A.

Les cancers de la peau causés par le soleil

A long terme, les rayonnements solaires peuvent engendrer des cancers cutanés qui se classifient en carcinomes ou mélanomes. Les carcinomes sont les plus fréquents et touchent les parties mises au soleil, généralement sans métastase, ils sont plus facilement traités. Les mélanomes sont plus dangereux, il s’agit d’un grain de beauté ou nævus qui a une modification de sa forme et de sa couleur. Les mélanomes peuvent également apparaitre sous forme de lésion qui risque de progresser avec des métastases. La durée d’exposition dès le plus jeune âge et la sensibilité de la peau sont déterminantes dans sa survenue d’un cancer de la peau.

Les risques oculaires

Le soleil peut provoquer des conjonctivites et photokératites.  Les UV contribuent à accélérer la formation des cataractes. L’observation directe du soleil influence la génération de lésions sur la rétine qui diminue l’acuité visuelle si l’atteinte est grave. Pour éviter ces désagréments il est recommandé d’utiliser des lunettes de soleil lors de vos expositions.

Les risques immunitaires

Les rayons UV en affectant la peau favorisent les atteintes nocives sur le système immunitaires voire produire desimmunodépressions. Dans ces cas-là, le corps devient plus réceptif aux infections et donc sensible aux maladies

Comment se protéger du soleil ?

Bien choisir les moments et la durée de l’exposition permet de limiter les conséquences néfastes du soleil à court et long terme. Toutefois une crème solaire avec un indice maximal est recommandée quelles que soit la nature de la peau, le temps d’exposition et la température. Il existe différents types de crème solaires, minérales ou organiques qui sont disponibles en pharmacie pour toutes les personnes. N’oubliez pas de protéger également vos yeux à l’aide de lunette de soleil.

La chaleur, indépendamment des rayon UV, est aussi problématique, passé un certain seuil elle cause la déshydratation de la peau et du corps. Pour la prévenir, il est conseillé de suivre les recommandations en période de canicule . Pour plus d’informations, les pharmaciens sont disponibles pour vous conseiller.

Source :

https://www.ameli.fr/rhone/assure/sante/themes/coup-soleil/coup-soleil-risque-exposition-solaire

https://www.rfcrpv.fr/medicaments-et-photosensibilite-2/

https://www.msdmanuals.com/fr/professional/troubles-dermatologiques/r%C3%A9actions-%C3%A0-la-lumi%C3%A8re-solaire/photosensibilit%C3%A9

https://www.e-cancer.fr/Comprendre-prevenir-depister/Reduire-les-risques-de-cancer/Exposition-aux-rayonnements-UV/Mieux-se-proteger-du-soleil )

https://www.caducee.net/DossierSpecialises/santepratique/dangers-soleil.asp

Lire la suite


MALADIE DE LYME

Qu’est ce que la maladie de Lyme ?

La Maladie de LYME, aussi connue sous le nom de Borréliose de Lyme, est une infection due à la transmission d’une bactérie (Borrelia) par une tique infectée. Ce parasite de la famille des acariens est généralement présent dans les forêts, les buissons et dans les espaces verts.  Cette maladie sévit essentiellement du printemps à l’automne et est particulièrement présente dans le centre et l’est de la France où certaines régions sont les plus exposées (Auvergne Rhône-Alpes, le Limousin, la Lorraine, et l’Alsace).

Symptômes de la maladie de Lyme

Lors de la piqûre, cette bactérie se diffuse dans le sang ainsi que dans les tissus. Les premiers symptômes de la maladie de Lyme peuvent alors apparaître, en commençant par une plaque rouge dont le diamètre s’agrandit au bout de plusieurs heures. Ensuite, on constate durant les premières semaines l’arrivée de symptômes tels qu’un état grippal et de la fièvre. Plusieurs semaines après, l’état de santé peut s’aggraver avec la manifestation de douleurs articulaires, une fatigue chronique, des troubles neurologiques et respiratoires, des douleurs musculaires, voire une paralysie.

Que faire et qui consulter en cas de piqûre de tique ?

En cas de piqûre, il faut enlever la tique directement si vous le pouvez à l’aide d’une pince, sinon il est possible d’acheter un tire-tique en pharmacie afin de la retirer plus facilement. Veillez surtout à bien désinfecter la plaie. En cas de complications, c’est-à-dire à partir du moment où vous observez le grossissement du diamètre de la piqûre avec l’apparition d’une auréole rouge, il est important de consulter un médecin qui vous prescrira d’abord des examens à réaliser au laboratoire, nécessaires pour détecter la présence de la bactérie grâce à des analyses sanguines. Ensuite, un traitement avec des antibiotiques sera prescrit par le médecin pour traiter la maladie.

Comment prévenir la maladie de Lyme ?

Afin de ne pas attraper la maladie de Lyme, il faut porter des vêtements couvrants et de couleur claire afin de mieux repérer le parasite, notamment lors de balades en forêts. Soyez particulièrement vigilant lors de vos promenades dans les espaces verts ainsi que dans les forêts.

De plus, il est important de vérifier que vos animaux n’ont pas été infectés par une tique car ils peuvent transmettre aussi cette maladie. L’utilisation de répulsifs cutanés peuvent être utiles contre les tiques.

N’hésitez pas à demander tout conseils supplémentaires à votre pharmacien.

Lire la suite


Dépistage Covid-19 en pharmacie disponible

Vers un dépistage du Coronavirus en pharmacie ?


Les pharmaciens et les préparateurs en pharmacie sont des professionnels de santé de proximité. Une bonne initiative est en cours de préparation qui autorise et confie la responsabilité aux pharmaciens français de pratiquer des tests de dépistage du coronavirus.

Comme nous le faisons systématiquement dans les actions de santé publique, la pharmacie PANISSET, va s’impliquer dans ce dépistage du coronavirus. Il s’agira d’un TROD (Test rapide d’orientation diagnostic), réalisé par le pharmacien en prélevant une goutte de sang par une piqûre au bout du doigt. Le résultat sera obtenu quelques minutes seulement, après le prélèvement et vous saurez rapidement par ce test sanguin, si vous avez développé des anticorps contre le coronavirus et donc si vous avez été en contact avec celui-ci.


Plus d’informations sur le test de dépistage du coronavirus !

Pour réaliser un test du Coronavirus, il vous suffit de vous rendre à la pharmacie Panisset située 287 route de Vienne (69200 Vénissieux), limite Lyon 8, entre 8h30 et 12h30 ou 14h et 20h, et le pharmacien pourra pratiquer le test qui est rapide, indolore et fiable. Le test COVID19 est réalisé en 5 minutes et le résultat est disponible immédiatement.

Concernant le prix de ce test, il faut compter 18.90€ et il n’est pas remboursé par la sécurité sociale.
Pour plus de renseignement, vous pouvez nous contacter par mail 

Lire la suite


Coronavirus : faut-il en avoir peur ?

Une épidémie venant de Chine : quelle est la situation ?

C’est le 31 décembre 2019 que l’OMS fut alertée par les autorités chinoises de plusieurs cas de pneumonies groupées. Celles-ci se furent déclarées à Wuhan (une ville de la région de Hubei) autour du marché Huanan South China Seafood Market. Le 24 janvier, 3 cas sont confirmés en France, puis 3 nouveaux cas la semaine suivante. Le 30 janvier, deux avions A340 furent affrétés pour rapatrier les 180 français depuis la Chine. Ces personnes resteront confinées deux semaines à Carry-le-Rouet, une station balnéaire près de Marseille.

A ce jour, l’épidémie de Coronavirus s’est propagée dans une vingtaine de pays. La Mongolie, le Kazakhstan et la Russie ont annoncé la fermeture de leurs frontières avec la Chine et de plus en plus de pays interdisent l’entrée des non-résidents provenant de Chine. Ce nouveau virus a déjà tué plus de 500 personnes tandis que près de 25 000 personnes sont contaminées.

L’OMS a décrété le 30 janvier l’Urgence de Santé Publique de Portée Internationale (USPPI) depuis que des cas de transmissions interhumaines ont été identifiés.

Le coronavirus 2019-nCoV : quels sont les symptômes ?

Le coronavirus 2019-nCoV appartient à la grande famille des coronavirus, virus pouvant provoquer des maladies très diverses, allant du simple rhume jusqu’au SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) (ayant provoqué une épidémie en 2003).

Celui qui nous intéresse, le 2019-nCoV, peut provoquer après un temps d’incubation allant de 2 à 14 jours de la fièvre, des signes respiratoires (toux, essoufflement…). Les personnes les plus fragiles (personnes âgées, nourrissons, personnes déjà atteintes d’autres maladies…) sont les plus exposées aux possibles complications : détresse respiratoire aiguë, insuffisance respiratoire aiguë voire d’une défaillance multi-viscérale pouvant conduire au décès.

Ce virus semblait se transmettre par les animaux (zoonose) mais les derniers cas démontrent aussi une transmission interhumaine.

Le coronavirus est-il plus dangereux que la grippe saisonnière ?

Il est délicat de comparer l’épidémie de la grippe avec celle du coronavirus 2019-nCoV car ces deux virus n’ont rien de comparable tant dans leur structure que dans leur façon d’infecter les cellules.

De plus, il est très difficile d’évaluer le taux de mortalité du coronavirus car le nombre de personnes infectées évolue chaque jour, est difficilement vérifiable et ne tient pas compte des patients asymptomatiques (donc non déclarés). On évalue actuellement ce taux aux alentours de 2% (soit un malade pour 50 personnes) contre moins de 0,1% pour la grippe (un malade pour 2000 personnes soit 10 000 par an), de 13 à 45% pour le SRAS et de 25 à 90% pour le virus Ebola. Là encore, les chiffres concernant le virus 2019-CnVo peuvent évoluer et sont peu significatifs.

Enfin, les études épidémiologiques sont encore trop récentes pour donner précisément le taux de transmission de ce nouveau virus. Les experts l’évaluent entre 2,6 et 5,47 (https://www.imperial.ac.uk/mrc-global-infectious-disease-analysis/news–wuhan-coronavirus/ et https://www.biorxiv.org/content/10.1101/2020.01.23.916395v1). En comparaison, un patient infecté par la grippe saisonnière le transmet à 1,3 personne tandis qu’elle le transmet à environ 12 à 18 personnes si elle est atteinte de la rougeole.

Comment se protéger du coronavirus ?

Pas de panique, donc, concernant le coronavirus. Les méthodes de prévention restent les mêmes que pour un rhume classique :

  • se laver fréquemment les mains au savon ou avec une solution de gel hydroalcoolique,
  • tousser et éternuer dans son coude,
  • utiliser des mouchoirs jetables…

Les masques de type FFP2 possèdent les filtres efficaces contre les poussières et les agents infectieux. Ils ne sont recommandés que pour les personnes en étroit contact avec des patients infectés (infirmières, médecins…). À défaut de masque FFP2 utilisez un masque chirurgicale ou en tissu homologué AFNOR.

Si vous n’êtes pas rentré en contact avec une personne atteinte du coronavirus, vous n’avez pas de crainte à avoir. En effet, il est impossible d’être contaminé en :

  • croisant une personne dans la rue : il faut un contact étroit et prolongé avec le virus, c’est-à-dire être en face de la personne malade, à moins d’1 mètre et au moment où elle tousse ou éternue ;
  • recevant un colis de Chine : le virus ne survit que quelques heures hors de l’organisme.

Pour conclure sur le coronavirus

Si vous avez été en contact prolongé avec une personne atteinte du coronavirus (famille, voisins de bureau, de train ou d’avion) ou si vous avez voyagé en Chine ces dernières semaines, vous devez appeler le 15 si une fièvre apparaît dans les 14 jours après ce contact et porter un masque.

Pour plus d’informations, n’hésitez pas à consulter :

Lire la suite


Soulager la migraine

Pourquoi j’ai la migraine ?

La migraine est une maladie qui est due à l’activation d’un nerf qui va provoquer la dilatation des vaisseaux sanguins dans le crâne. Cela provoque libération de substances à l’origine de la douleur et de l’inflammation. Il existe encore des zones d’ombres concernant les mécanismes.

Quels sont les facteurs déclenchants de la crise migraineuse ?

Les facteurs déclencheur de la crise migraineuse diffèrent selon les personnes.

On peut retrouver :

  • La fatigue
  • L’anxiété
  • L’excès de sommeil
  • L’hypoglycémie
  • Certains médicaments
  • Le bruit
  • Les hormones
  • Certains aliments, qui varient selon les personnes.

Comment traiter la migraine
Comment soulager la migraine ?

La migraine – Quels en sont ses symptômes ?

Les symptômes de la migraine sont la douleur d’intensité modérée à sévère, l’intolérance à la lumière et au bruit et la présence de nausée/vomissement. La douleur lors d’une migraine touche davantage un seul côté de la tête et elle suit les battements du cœur. Cette douleur empêche généralement l’activité et est aggravée par les mouvements.

Il ne faut pas confondre la migraine avec les céphalées de tension « maux de tête classiques » caractérisées par une tension au niveau du front et du cou avec une légère intolérance à la lumière et au bruit mais pas de nausée.

Les traitements de la migraine 

Il existe différents types de traitements en fonction de l’intensité et de la fréquence des migraines. Il y a par exemple des traitements classiques de la migraine tels que le paracétamol ou des anti-inflammatoires de type ibuprofène.

Si les traitements classiques ne suffisent pas à vous soulager, consultez votre médecin puisqu’il existe des traitements de la migraine dit spécifiques (sur ordonnance) tels que les triptans, ou bien les dérivés de l’ergot de seigle.

Nous vous conseillons de tenir un agenda des crises décrivant la durée des crises, l’intensité et les médicaments pris afin de pouvoir modifier le traitement si nécessaire.

Il faut également faire attention à la surconsommation d’antalgique puisque cela perturbe les voies de la douleur et le sevrage peut être difficile. Si les crises migraineuses vous arrivent fréquemment et sont handicapantes, veuillez consulter un médecin.

Traiter la migraine avec l’aromathérapie et la phytothérapie

Il existe quelques solutions naturelles pour soulager la migraine :

  • La menthe poivrée aux propriétés antalgique et anti-nauséeuse.  Vous pouvez appliquer une goutte pure sur les tempes.
  • La grande camomille, ayant des propriétés anti-inflammatoires qu’on peut diluer dans un peu d’huile végétale tout en l’associant à la menthe poivrée.

Pour soulager la migraine on peut infuser quelques plantes :

  • Le tilleul
  • La verveine officinale

Retrouvez ces huiles essentielle et ces plantes dans votre pharmacie à Vénissieux !

Ce qu’il faut retenir sur la migraine

La migraine est une maladie très handicapante. Il est important de repérer vos facteurs déclenchants afin de mieux éviter la crise migraineuse.

Si les traitements classiques ne fonctionnent pas (ibuprofène et paracétamol), il est recommandé de consulter votre médecin puisqu’il existe d’autres solutions pour soulager la migraine

Lire la suite


LEVOTHYROX, L-THYROXIN, EUTHYROX… QUELLES DIFFERENCES ?

LEVOTHYROX Nouvelle formule : Pourquoi ?

Tout a commencé en mars 2017, lorsque l’ANSM, l’Agence Nationale du Médicament, demande au laboratoire MERCK de remplacer le lactose, excipient présent dans les comprimés de LEVOTHYROX, par du mannitol. En effet, le lactose peut être source de troubles digestifs chez certaines personnes contrairement au mannitol. De plus, ce dernier améliore la stabilité de l’hormone contenue dans le médicament (la lévothyroxine) au cours du temps. Ce changement est donc une réelle avancée. Mais alors, pourquoi une telle polémique sur la nouvelle formule ?

Le nouveau est-il équivalent à l’ancien Lévothyrox ?

Tout le problème réside dans les études de BIOEQUIVALENCE : l’effet biologique de deux formules sont-elles significativement identiques ou pas ? La bioéquivalence s’assure que l’absorption du principe actif est identique pour les deux formules, en considérant que si l’absorption est identique, l’effet biologique sur le patient le sera aussi. (Accéder à l’étude  et à son commentaire ) Ces études confirment que la moyenne de l’absorption de la nouvelle formule ne diffère que de 0,7% par rapport à l’ancienne formule, ce qui est conforme aux exigences de l’ANSM (le résultat devait se trouver entre -10% et 10%).

Pourquoi certaines personnes ressentent une réelle différence entre les deux ?

Le problème de toute étude de bioéquivalence est de ne donner le résultat que par une moyenne, ce qui ne tient pas compte de chaque individu en particulier. Une moyenne ne reflète pas les variabilités existantes, or la médecine est un art difficile justement parce que nous sommes tous biologiquement différents. Il faut aussi tenir compte de la très faible marge thérapeutique du Lévothyrox (le dosage, de l’ordre du microgramme, est difficile à obtenir) et de son temps de demi-vie très long (l’équilibre pour un dosage donné ne se fait qu’après plusieurs semaines). Ces trois facteurs jouent un rôle primordial dans les problèmes rencontrés par les patients prenant la nouvelle formule.

Faut-il changer à nouveau de formule ?

Le nouveau Lévothyrox étant de meilleure qualité que l’ancien, les personnes n’ayant pas ressenti de différence doivent continuer à prendre cette nouvelle formule sans s’inquiéter. Il pourra être nécessaire d’adapter la posologie pour retrouver un bon équilibre. Pour les autres, ceux pour qui les effets indésirables ressentis sont trop importants, plusieurs alternatives sont possibles.

l’Euthyrox (laboratoire Merck): principe actif et excipients d’origine européenne. Sa formule est strictement identique à l’ancienne formule du Lévothyrox. Sa disponibilité est transitoire en France mais à ce jour nous pouvons toujours en obtenir. A ce jour, nous en avons en stock, n’hésitez pas à nous contacter.

L-Thyroxin Henning (laboratoire Sanofi), principe actif d’origine européenne, excipients d’origine américaine. Cette formule possède des excipients encore différents (amidon de maïs, cellulose, silice, et un excipient à effet notoire : l’huile de ricin). Cela implique, pour toute personne voulant passer à cette formule, une nouvelle adaptation de posologie pouvant être très longue. Nous en avons en stock, n’hésitez pas à nous contacter.

Thyrofix (laboratoire Uni-Pharma) principe actif d’origine européenne, excipients d’origine brésilienne et européenne. Sa composition ne contient aucun excipient à effet notoire.Nous en avons en stock, n’hésitez pas à nous contacter.

L-Thyroxin Serb (laboratoire Uni-Pharma), enfin, est une formulation en goutte pour les patients ne pouvant avaler de comprimé comme les enfants.

Pour plus de détails, vous pouvez consulter le site du Vidal.

Conclusion sur le Lévothyrox

Si vous êtes concernés par de forts effets indésirables avec la nouvelle formule et que vous n’avez pas pu trouver, avec votre médecin, le bon équilibre, vous pouvez revenir à l’Euthyrox (mais il vous faudra probablement changer à nouveau dès qu’il ne sera plus disponible en France), ou bien passer à une formule totalement différente comme la L-Thyroxin Henning ou le Thyrofix en sachant qu’une nouvelle longue période d’adaptation vous sera nécessaire.

Lire la suite


Dépistage du VIH utiliser l’autotest

Qu’est-ce que le VIH ?

 

Le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) est un virus humain qui s’attaque au système immunitaire de la personne infectée. Le SIDA ou syndrome d’immunodéficience acquise est un stade avancé de l’infection à VIH et correspond à l’apparition d’une pathologie opportuniste liée à l’affaiblissement du système immunitaire. Le VIH se transmet par voie sexuelle ou par voie sanguine. Il existe aussi une transmission verticale (de la mère à l’enfant). En France, la transmission du virus est principalement sexuelle.

 

Les traitements médicamenteux depuis 1996 ont permis d’augmenter considérablement l’espérance de vie des personnes vivant avec le VIH.

 

Le VIH ou virus du sida reste un fléau contre lequel les pharmaciens doivent s’impliquer notamment en informant de l’existence de test de diagnostic disponible en pharmacie sans ordonnance. C’est pourquoi, notre rôle en tant que pharmacien et acteur de santé publique de proximité est essentiel. Par ailleurs l’un des objectifs fixés par l’OMS en matière de lutte contre le sida est d’en améliorer le diagnostic.

 

Réaliser un test de dépistage du VIH directement chez soit

L’autotest du VIH est-il efficace ?

 

Depuis 2015, vous pouvez obtenir un autotest de dépistage du VIH en pharmacie, sans ordonnance. Il n’est pas remboursé mais il permet de réaliser soi-même et chez soi un test qui détecte une éventuelle infection datant d’au moins 3 mois. Par conséquent, si votre dernier rapport à risque date de moins de 3 mois, le résultat fourni par l’autotest ne pourra pas est fiable.

 

Il existe d’autres moyens pour dépister une infection par le VIH : par prélèvement sanguin en laboratoire de biologie médicale (remboursé à 100 % sur prescription) ou en centre de dépistage anonyme et gratuit ou au sein d’associations. Pour les tests par prélèvement sanguin il faut un minimum de 6 semaines entre l’exposition et le test pour avoir un résultat fiable.

 

L’autotest est considéré comme un élément d’orientation. Il permet à certaines personnes réticentes ou dans l’impossibilité d’effectuer un test en laboratoire, de réaliser un dépistage anonyme directement chez eux. C’est aussi une option pour les personnes qui s’estiment à risque et préfèrent effectuer un test sans avoir à en exposer les raisons.

 

Professionnel de santé, pour ou contre l’autotest du VIH ?

 

Les pharmaciens et les médecins généralistes semblent favorables à ce nouvel autotest. Cela représente un progrès même s’il existe des limites :

 

  • L’inégalité d’accès lié au coût du test qui n’est pas remboursé.
  • Le manque d’encadrement et le risque psychologique pour le patient. Certains patients peuvent mal réagir à la vue de leur résultat.
  • Le risque de faux négatif. Un faux négatif peut apparaitre si le test est effectué avant les 3 mois précédant la possible infection. Le résultat ne sera alors pas fiable.

 

En résumé, l’autotest de dépistage du VIH disponible en pharmacie, sans ordonnance, est plus simple d’accès que le test en laboratoire de biologie médicale. Il représente une alternative fiable et discrète pour les personnes réticentes au test en laboratoire ou ayant une difficulté pour s’y rendre.

 

C’est également l’occasion pour le pharmacien de parler au patient et d’informer sur les autres moyens de dépistage et sur la prévention des maladies sexuellement transmissibles, en évoquant notamment l’utilisation du préservatif.

 

Vous pouvez acheter en toute discrétion un autotest VIH disponible sur notre pharmacie en ligne Espacepharma.com. Si vous souhaitez des informations complémentaires, vous pouvez contact notre équipe de pharmaciens par mail via notre formulaire.

 

 

 

 

 

Lire la suite


La vaccination nouvelles réglementations

La vaccination qu’est-ce que c’est ?


Un vaccin peut être composé soit d’une partie seulement du pathogène appelé antigène soit du pathogène entier responsable de la maladie. Pour ce dernier, il doit être administré sous forme inactivée tuée ou vivante atténuée pour ne pas inoculer la maladie. La vaccination permet au corps d’apprendre à combattre un pathogène.

En inoculant des antigènes étrangers à notre organisme, le corps va fabriquer des anticorps dirigés contre ces particules. Après cette fabrication d’anticorps, certains d’entre eux vont rester dans notre système immunitaire pour devenir des anticorps mémoires. C’est la persistance de ces anticorps dans notre corps qui permet de combattre le pathogène naturel si celui-ci arrive dans notre organisme. Il sera alors reconnu : les anticorps mémoires pourront se réactiver et proliférer afin de combattre efficacement l’affection.

Selon le type de vaccin et de pathogène, un rappel pourra être nécessaire afin de relancer le système immunitaire pour que la réponse du corps face au pathogène naturel ne perde pas en efficacité.

Pourquoi la réglementation vaccinale à changé ?

Nouveaux vaccins obligatoires.

Depuis 1er janvier 2018, 11 vaccins sont obligatoires. Auparavant, même si 8 à 10 étaient déjà fait chez environ 80% des enfants, il n’y en avait que 3 obligatoires. En pratique, ces 11 vaccins obligatoires représentent pour les enfants 10 injections à réaliser entre 0 et 2 ans.

Avant le 1er janvier 2018, seuls les vaccins contre les 3 maladies suivantes étaient obligatoires :

  • Diphtérie
  • Tétanos
  • Poliomyélite

Désormais, s’ajoutent à ceux-ci les vaccins anti :

  • Haemophilus influenzae B
  • Coqueluche
  • Hépatite B
  • Rougeole
  • Oreillons
  • Rubéole
  • Méningocoque C
  • Pneumocoque

Objectif d’une meilleure couverture vaccinale.

Il est important de maintenir une couverture vaccinale maximale et constante afin d’éradiquer la pathologie et donc en éviter la réapparition. En effet, grâce à un nombre suffisant de personnes vaccinées, la variole a déjà été complétement éradiquée et d’autres maladies comme la poliomyélite sont destinées à disparaître si nous maintenons une forte couverture vaccinale.

Si moins de personnes se font vacciner, les maladies continueront à proliférer. C’est ce qu’il s’est passé en France pour la rougeole : une baisse de la couverture vaccinale des enfants a mené à deux épidémies de rougeole en 2008 et 2011. Cela aurait malheureusement pu être évité grâce au vaccin.

Le but d’une vaccination massive est la protection générale des populations afin de protéger non seulement les bien-portants mais aussi les plus fragiles. En effet, certaines populations comme les immunodéprimés, les femmes enceintes, les très jeunes enfants ne pourront pas recevoir tous les vaccins. Or, tant qu’une maladie n’est pas éradiquée, elle peut continuer de circuler dans la population saine sans pour autant se déclencher. Certaines personnes pourraient être porteur sans le savoir et contaminer les plus fragiles. C’est donc la protection des populations les entourant qui permet de les protéger.

La vaccination : un moyen de lutter contre la résistance aux antibiotiques.

Les bactéries présentent de plus en plus de résistance face aux antibiotiques disponibles. La vaccination est un moyen de lutter contre ces résistances puisqu’en vaccinant contre les affections bactériennes, nous limitons l’utilisation des antibiotiques et donc l’émergence de nouvelles résistances. La vaccination antivirale a également son rôle à jouer en diminuant les affections virales, cela limite les surinfections bactériennes et donc l’utilisation de nouveaux antibiotiques.  

Conclusion

La vaccination est donc un véritable enjeu de santé publique qui nécessite l’action de tous. Augmenter la couverture vaccinale est primordial pour limiter la diffusion des maladies puis, à plus long terme, aller vers l’éradication de celles-ci.

Site rappel vaccination :

https://www.pasteur.fr/fr/centre-medical/vaccination/calendrier-vaccinal#aprs-18-ans

https://vaccination-info-service.fr/La-vaccination-au-cours-de-la-vie

Calendrier vaccinale 2019
AutCalendrier de vaccination

Auteur : Marie Michel

Lire la suite